« Oui à la transformation numérique sécurisée ! »


Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI, ouvrait aujourd’hui les Assises de la sécurité et des systèmes d’information 2017. Une occasion privilégiée pour revenir sur les enjeux collectifs et les grands défis de la sécurité du numérique, condition indispensable d’une transformation numérique réussie de notre société.

GAP0586083.jpgLa transformation numérique ne se fera pas sans confiance. La sécurité du numérique est maintenant un gage pour les entreprises et les citoyens. Il est de notre responsabilité collective de remplir les conditions de sécurité indispensables à cette transition, en France et en Europe.

Criminalité, espionnage, sabotage, déstabilisation politique et économique, etc. Les attaques se professionnalisent et se diversifient, elles gagnent en ampleur et en sophistication.

 

 

 

 

Tous ciblés – Tous concernés

Nous sommes tous concernés ! Chacun a naturellement un rôle à jouer dans son périmètre d’action. Pour répondre aux enjeux et aux besoins de tous, nous devons agir ensemble tant l’échelle nationale qu’européenne.

 

La protection des acteurs de la société est une priorité nationale

La France est en pointe pour construire un écosystème de confiance. Depuis 2013 et la publication de la Loi de programmation militaire, l’ANSSI s’est attachée à élever le niveau de sécurité des systèmes d’information critiques des Opérateurs d’importance vitale (OIV). Il est aussi primordial d’offrir un socle de cybersécurité aux autres acteurs sensibles de la société, pour se prémunir des risques majeurs. La transposition de la directive NIS va permettre de répondre à ces enjeux.

Pour une réponse collaborative, adaptée à ces problématiques, il existe des produits et services de confiance qualifiés par l’ANSSI qui participent à la protection de ces acteurs.

Pour valoriser cette démarche, ainsi que le niveau d’exigence imposé aux solutions qu’elle qualifie ou certifie, l’agence lancera prochainement ses «VISAS DE SECURITE ANSSI ». Un gage de sécurité et de confiance pour tous.

visa_anssi_logo
Les TPE-PME, les collectivités territoriales et les citoyens doivent aussi être accompagnés, c’est la mission de cybermalveillance.gouv.fr une plateforme pilotée par le GIP ACYMA, dont le lancement national aura lieu le mardi 17 octobre en présence notamment de M. Louis Gautier, Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique et Jérôme Notin, Directeur général du Dispositif national d’assistance aux victimes de cybermalveillance.

cybermalveillance_gouv_fr_logo

 

Former et sensibiliser les citoyens numériques

La sensibilisation de tous les publics à la sécurité du numérique est capitale. C’est pourquoi la France participe activement au mois européen de la cybersécurité, une initiative pilotée par l’ANSSI au niveau national. De nombreux outils pédagogiques ont été réalisés pour permettre aux nouveaux citoyens numériques de s’engager et de s’approprier les bonnes pratiques indispensables à la résilience de notre société.

#Secnumacadémie, le MOOC de l’ANSSI, participe à ce défi en s’adressant à tous pour s’initier à la sécurité du numérique. Promesse tenue avec 35 000 inscrits, 4 mois seulement après son lancement.

Une autre condition au succès de la transformation qui s’opère aujourd’hui se joue collectivement, à l’échelle européenne.

 

La construction d’un écosystème numérique européen de confiance

Forte de son expérience, la France s’engage depuis des années, avec ses partenaires, pour promouvoir l’autonomie stratégique européenne et favoriser une société sécurisée, autonome et de confiance.
Un modèle qui doit avant tout soutenir et favoriser la coopération entre les Etats membres et s’appuyer nécessairement sur les capacités techniques et opérationnelles nationales, sans s’y substituer.

De même, la France a toujours soutenu l’émergence d’un cadre Européen de certification de sécurité ouvert et efficace, tout en étant compatible avec les exigences du marché. Un objectif majeur qui ne sera atteint qu’en tirant partie de l’expertise des Etats membres, tout en couvrant les plus hauts niveaux de sécurité. La préservation du rôle des Etats membres et de leur souveraineté en la matière étant une des conditions de cette réussite collective.

 

La construction de la paix dans l’espace numérique

europe_visuel
Il est aujourd’hui indispensable d’être en capacité de faire de l’environnement numérique un espace de confiance, mais aussi de paix, en y affirmant notamment le respect de l’état de droit.

La perspective d’initiatives étatiques susceptibles d’entraîner un accroissement du nombre d’attaques informatiques est un risque qui ne peut être pris. Le dialogue doit aujourd’hui se renforcer pour permettre la construction de la paix et de la stabilité dans le cyberespace.