Ingénieur informatique et réseaux – majeure Cybersécurité & réseaux


Cette page présente le détail des informations associées à la labellisation SecNumedu (phase expérimentale) pour la formation citée ci-après.
Ces informations ont été fournies par le ou les établissements qui dispensent la formation labellisée en réponse aux demandes formulées dans le dossier de demande de labellisation téléchargeable sur le site internet de l'ANSSI.
Pour certaines informations, une explication sur la façon de les interpréter est fournie en préambule. Pour plus de précision, le lecteur est invité à consulter directement le dossier de demande de labellisation téléchargeable sur ce site.
La labellisation SecNumedu a été mise en place à titre expérimental en septembre 2016. Cette labellisation et en particulier, le contenu du dossier de demande de labellisation ont vocation à évoluer en fonction des retours faits par les employeurs et les établissement d'enseignement.
On notera que les formations labellisées se sont engagées par écrit à respecter la "charte des engagements du label SecNumedu" téléchargeable sur ce site.

  • Référence : 17-031
  • Péremption : 07/2020
  • Programme : consulter
  • Titre délivré : Ingénieur
Lieu de la formation
ESAIP
  • ESAIP

    18 rue du 8 mai 1945
    CS 80022
    49180 Saint Barthélémy d'Anjou CEDEX

Nombre d’étudiants d’une promotion et nombre de promotions

  • Nombre maximum d’étudiants dans une promotion : 30
  • Nombre d’étudiants diplômés de la dernière promotion

    • Total : 13
    • Français : 12
    • UE : 0
    • Hors UE : 1
  • Nombre de promotions depuis la création : 2
  • La formation existe depuis 1999. Depuis 2014, une majeure Cyber Sécurité est proposée à partir de l'année 4

Interprétation : UE, Union Européenne hors étudiants français.

Dominante de la formation

Technique

Formation spécialisée

sans objet

Interprétation : La formation est dite spécialisée lorsqu’elle vise notamment à former à un domaine particulier de la sécurité. Par exemple, la cryptographie, la sécurité des circuits intégrés, la sécurité de la biométrie…
Le volume horaire dans ce domaine de spécialisation doit correspondre à au moins 50% du volume horaire hors stage (TP et cours).
Le fait qu’une formation soit spécialisée peut autoriser que certains thèmes de la sécurité des technologies de l’information ne soient pas abordés et peut modifier l’appréciation de certains des autres critères de ce dossier.

Niveau de compétence en sécurité attendue en entrée/sortie

Compétences sécurité,
liste de CyberEdu
Nb heures cours Nb heures pratique Niveau Entré Niveau Sortie
Fondamentaux 0 0 3 3
Les fondamentaux sont traités en année 4 de la formation dans le module CEH (Certified Ethical Hacker). Les élèves qui intègrent l'année 5 ont nécessairement validé les crédits associés à ce module d'où le niveau 3 en entrée.
Sécurité Électronique et architectures matérielles 0 0 1 1
Cours architecture matérielle Année 3 + Projet transverse avec la majeure « objets connectés » en année 4 (l'objectif du projet est de mettre en place une étude des vulnérabilités et de tester la sécurité d'un composant électronique conçu par les élèves de la majeure « objets connectés »)
Sécurité des systèmes d'exploitation 10 27 1 2
Cours OS Linux avancé.
Sécurité des réseaux et protocoles 10 22 2 3
- En année 5, les élèves suivent un cours « Sécurité des réseaux » (CCNA Security) à Sécurisation des équipements réseauxAuthentication, Authorization and Accounting (AAA), Les Access Lists et le firewalling, Détection et prévention des intrusions, Parefeux ASA 5512 et 5505) à Volume horaire de 30h de face à face pédagogique et 20h en autonomie en mode projet.

- En année 4, les élèves suivent un cours de 30h sur les réseaux LAN hiérarchiques et accès WAN (Redondance des LAN CCNA 3, Agrégation de liaisons CCNA 3, Réseaux locaux sans fils CCNA 3, Accès au WAN CCNA 4, Protocole PPP CCNA 4, Administration et supervision des réseaux CCNA 4, Sécuriser les communications site à site (VPN) CCNA4...). Un projet de 20h leur est proposé sur cette matière.

Des notions de réseaux et protocoles sont aussi abordés en année 4 sur le cours de CEH à Scanning Networks, Hacking Wireless Networks, Hacking Mobile Platforms,...
Cryptologie. 10 20 1 2
Des notions fondamentales sont traitées en année 4 dans le module de CEH (Certified Ethical Hacker). En année 5, un cours de 28H est proposé sur l'étude spécifique de différents algorithmes.
Stéganographie et tatouage 3 5 0 1
Vu dans le cours de CHFI
Sécurité des bases de données 0 0 1 1
Une sensibilisation sur les aspects de sécurisations des données est proposée en année 4 sur le cours d'administration des bases de données.
Aspects systèmes et systèmes de systèmes 0 0 1 1
Vu dans le CEH (Certified Ethical Hacker) et dans les cours réseaux (pour la VoIP et les réseaux convergents) en année 4
Normes, certifications, guides (organisationnel) 7.5 0 0 1
Découverte des principes du CMMI dans le cours de gestion de projet AQSI (tronc commun) et présentation de l'utilité de ISO 2700X dans le cours de CEH en année 4.
Cours de Sécurité et Gestion de projet en Année 5 à partir de la rentrée 2017-2018.
Certifications et évaluations de produits 3 0 0 1
Conférence (politique d'achat, qualification,...)
Politique de cybersécurité et SMSI 0 0 2 2
Cours de méthodologie SSI, analyse des risques et politique de sécurité en année 4 (14H)
Droit et réglementation 0 0 1 1
3H consacrées aux aspects liés à la cyber-sécurité dans le cours de droit en année 4.
Développement logiciel et ingénierie logicielle 4 0 0 1
Une sensibilisation sur les normes à respecter au niveau développement (architecture et environnement) en cours de JEE
Gestion de projet 8 1 0 1
Pour la rentrée 2017-2018, un cours de gestion de projet lié à la cyber-sécurité va être introduit en année 5 (prise en compte des spécificités du domaine au niveau homologation, communication entre les acteurs,...).
Cyberdéfense 17 11 0 2
Préservation de la preuve et réponse juridique vu en CHFI (Computer Hacking Forensics Investigator) + Cours de application SOC (Security Operating Center).
Analyse post-mortem (Forensic) 26 34 0 3
Passage de la certification CHFI (Computer Hacking Forensics Investigator)
Systèmes spécifiques, informatique industrielle 3 0 0 1
Conférence sur les objets connectés en année 5.
Aspects sociaux et sociétaux 0 0 2 2
Techniques d'ingénierie sociale vues en CEH (Certified Ethical Hacker) en année 4.
Tests d'intrusion 0 0 2 2
Méthodologie et types de tests de d'intrusion vus en CEH (Certified Ethical Hacker) avec de nombreuses heures de pratiques et de manipulation d'outils dans les différents domaines d'intrusion (Web, BDD, Réseaux, Stations de travail, etc.) en année 4.
Sécurité physique 0 0 1 1
Notions de sécurité d'accès physique en entreprise (portique de sécurité, contrôle d'identité, badges RFID, verrouillage des équipements et des salles sensibles, surveillance des accès à l'entreprise, etc.) vues en CEH (Certified Ethical Hacker) en année 4.
Problématique SSI en contexte spécifique 0 0 1 1
Problématiques de sécurité liées à l'hébergement d'une infrastructure dans le Cloud (partages des ressources matérielles, point unique d'entrée au système, perte de contrôle sur le réseau et le matériel, problèmes de mise en place d'audit dans le Cloud, etc.) vues en CEH (Certified Ethical Hacker) en année 4 + Conférence DGAMI / Police Judiciaire (CSIRT-PJ) proposée à l'ensemble des élèves (année 4 et 5).
Rétro-ingénierie 10 27 0 2
Exploitation complète d'un buffer overflow en cours de CEH (Certified Ethical Hacker) en année 4 et cours de rétro conception de 35h en année 5 (fonctionnement de la mémoire, étude des différents types de Buffer Overflow, apprentissage de l'assembleur, contournement de l'ASLR grâce au « Return Oriented Programming », etc.).
Aspects économique de la sécurité 7 0 0 1
Pour la rentrée 2017-2018, un cours de gestion de financière lié à la cyber-sécurité va être introduit (prise en compte des coûts et du ROI de la sécurité dans les projets SI).

Les niveaux en entrée et en sortie s’interprètent ainsi :
0 : Pas de compétence.

1 : SENSIBILISATION : comprendre les principaux enjeux et problèmes liés à la compétence.
Pour les fondamentaux : avoir suivi les formations de CyberEdu.

2 : APPLICATION : réaliser des actes simples et certains actes complexes liés à la compétence.
Pour les fondamentaux : être en mesure de relier les actes à la compétence et de proposer des améliorations.

3 : MAÎTRISE : réaliser des actes complexes ou tous les actes liés à la compétence.
Pour les fondamentaux : être en mesure de spécifier des pratiques pour les niveaux 2 et 3 liées à la compétence.

4 : SPÉCIALISÉ : avoir reçu une formation dédiée à la compétence sur une durée longue permettant de justifier d’un niveau allant au-delà de la maitrise.

Les thèmes proviennent de Cyberedu
Normalement, toutes les formations devraient au moins viser un niveau 1 pour chaque thème. Les exceptions sont les suivantes :
- Les formations spécialisées sont autorisées à ne pas traiter certains thèmes en dehors de la spécialisation.
- Dans le cadre de la version expérimentale de SecNumedu, il est admis que certains thèmes ne soient pas traités dans le programme de l’année de délivrance du label sous réserve que l’établissement les prennent en compte dans les programmes de formation des années ultérieures.
- Pour les licences professionnelles, le nombre d’heures associées aux compétences « réseau » comptabilisent toutes les heures d’enseignement dans ce domaine. Pour les autres formations, seules les heures en lien avec la sécurité sont comptabilisées.
Ce tableau ne fournit que les heures de formation à la sécurité associées à la dernière année d’enseignement (souvent, l’année de spécialisation). Toutefois, certaines formations répartissent l’enseignement de la sécurité sur plusieurs années. Lorsqu’ils sont renseignés, les commentaires associés à chaque thème permettent d’identifier ce cas de figure. Le niveau en entrée, lorsqu’il est supérieur à zéro, est un autre moyen d’identifier que le thème a déjà été abordé dans les années précédentes.
Enfin, il faut être conscient qu’il s’agit de niveaux « estimés » avec tout le caractère subjectif que cette estimation peut comporter.

Répartition des pratiques d’enseignement et de leur évaluation dans l’obtention du diplôme

Formation classique : Répartition des pratiques d’enseignement
Catégories Nb heures Pourcentage Commentaires éventuels
Cours - présentiel 186.5  
Cours - distance 0  
Cours - MOOC 0  
TP - Présentiel 218  
TP- Distance 0  
Projets 140  
Cursus à l'étranger 0  
Stages 840   24 semaines de stage (35h * 24)
Autre - présentiel 0  
Autre - Distance 0  
Totaux 1384 0%




Formation classique : Répartition des pratiques d’évaluation
Catégories Poids dans l’évaluation Commentaires éventuels
Examen sur table 30% 1 devoir sur table est prévu sur l'ensemble des matières
Dossier seul 3% Projet scientifique (2 crédits ECTS)
Oral seul  
Dossier + Oral 17% Projet Applicatif, Projet Applicatif en Entreprise, Projets modules,...
Stage + Soutenance 50% 30 crédits ECTS sur 60
Autres  
Totaux 100%


71.8%

Volume de cours et de mise en pratique dédiés à la sécurité par rapport au volume de cours et de mise en pratique non dédiés à la sécurité

Part des intervenants (en nombre) provenant des milieux académiques / milieux professionnels (entreprises, administrations)

Métiers visés nominalement

Métiers En sortie Après 5 ans Pratiqués
Visés Pratiqués *
Technicien support (technique et administratif)  
Auditeur, contrôleur, évaluateur  
Post-auditeur 1  
Expert en investigation numérique légale 1  
Intégrateur 2  
Architecte de sécurité 2  
Développeur de sécurité  
Formateur, Instructeur 2  
Expert (préciser domaine)  
Expert en test d’intrusions 1  
Consultant en sécurité 1  
Spécialiste en gestion de crise 1  
Opérateur  
Analyste 1  
Expert connexe  
Juriste spécialisé en cyberdéfense  
Responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) 2  

La liste des métiers provient d’une étude menée par quelques acteurs industriels et reprise par l’ANSSI sur son site. Elle a été légèrement adaptée pour SecNumedu (voir le dossier SecNumedu).
À l’usage, il apparait qu’elle doit être révisée ce qui sera fait en 2017.
La colonne « métiers visés » s’interprète ainsi :
- « 1 » - métiers visés principalement.
- « 2 » - métiers visés marginalement.
- Non rempli : métiers non visés.

La colonne « métiers pratiqués » s’interprète ainsi :
- Si l’établissement dispose de statistiques concernant au moins 50% des diplômés pour la période considérée (en sortie d’étude et 5 ans après la sortie), le tableau est alors rempli avec des pourcentages de la population en choisissant une dominante pour les personnes ayant plusieurs métiers..
- Si l’établissement ne dispose pas de statistiques suffisamment consistantes, ces colonnes ne sont pas renseignées.
Les établissements peuvent ajouter certains métiers qui n’apparaissent pas dans le tableau initial.

Certifications professionnelles passées dans le cadre de la formation

Nom de la certification Organisme certificateur Condition pour l'obtention du diplome % des étudiants ayant obtenu la certification l’année précédente
CEH (Certified Ethical Hacker) EC-Council OUI 54%
CHFI (Computer Hacking Forensics Investigator) EC-Council OUI 38%

Ce tableau permet d’indiquer les certifications professionnelles obtenues durant le cursus de formation (ou dans certains cas, préparées).
- La certification est marquée comme « obligatoire » si l’obtention de la certification est une condition pour l’obtention du diplôme. Dans ce cas, la colonne « pourcentage » vaut par défaut 100%.
- La certification est marquée comme « optionnelle » si l’obtention de la certification ne conditionne pas l’obtention du diplôme. Dans ce cas, la colonne « pourcentage » indique le nombre d’étudiants ayant obtenu la certification.

Formations labellisées par la CNIL

aucune

Niveau d’anglais

Niveau d'entrée
La formation impose-t-elle un niveau d’anglais minimum vérifié en entrée ? Pas de vérification

Niveau de sortie
L’atteinte du niveau est-il vérifié pour l’obtention du diplôme ? Oui : B2 (utilisateur indépendant - avancé), certification TOEIC

En entrée : indique si l’établissement impose un niveau et comment il le vérifie.
En sortie : indique si l’établissement vise un niveau en sortie et comment il est vérifié.
Typiquement, le niveau peut être vérifié par l’établissement lui-même ou via une certification.
Dans certains cas, l’obtention du diplôme est conditionnée par le niveau d’anglais visé en sortie. Lorsque ce n’est pas le cas et qu’un niveau d’anglais en sortie est visé, le pourcentage d’étudiant ayant obtenu ce niveau est normalement indiqué. Dans certains cas, les établissements ont indiqué le pourcentage d’étudiants par fourchettes de niveaux.