L’ANSSI engagée pour promouvoir la souveraineté numérique de l’UE lors de la PFUE


La France a pris la tête de la Présidence du Conseil de l’Union européenne – PFUE - le 1er janvier 2022, premier pays du trio composé également de la République tchèque et de la Suède, après le Portugal et l’Allemagne et la Slovénie, qui, ensemble, ont œuvré au renforcement de la cybersécurité de l’Union européenne. L’ANSSI présidera donc plusieurs réseaux de coopération de cybersécurité européens.

L’ANSSI œuvrera, conjointement avec le ministère de l’Europe et des affaires étrangères, au renforcement de la coordination de l’Union européenne en cas de crise majeure d’origine cyber

Une cyberattaque majeure peut affecter durablement nos sociétés et nos économies à l’échelle européenne : l’UE doit ainsi être en mesure de se préparer à faire face à un tel évènement. Le réseau européen des autorités en charge de la gestion de crise cyber (CyCLONe) se réunira ainsi fin janvier, avec le soutien de la Commission européenne et de l’ENISA, pour échanger sur les défis posés par une crise de grande ampleur et sur la manière de développer et d’améliorer les mécanismes de coopération et d’assistance mutuelle au sein de l’UE. Cette rencontre sera également l’occasion d’explorer le rôle que les acteurs de confiance du secteur privé pourraient jouer, notamment les prestataires de services de cybersécurité, pour soutenir les capacités gouvernementales en cas d’attaque cyber d’ampleur.
La réunion du réseau CyCLONe s’inscrira dans une séquence d’exercice qui impliquera les instances politiques européennes à Bruxelles et qui visera à tester l’articulation des volets interne et externe de la gestion de crise cyber au sein de l’UE.

L’ANSSI œuvrera, en lien avec la Commission européenne et l’ENISA, au renforcement de capacités cyber nationales et collectives au sein de l’UE

Des réseaux de coopération européens seront particulièrement mobilisés au cours de la PFUE, notamment dans une démarche de renforcement collectif des capacités de cybersécurité des Etats- membres et de l’Union européenne :

  • Réseau des CSIRTs (Computer Security Incident Response Team – Centres de réponses à incidents) : depuis sa création en 2017, le réseau CSIRT a démontré sa capacité à réagir rapidement aux crises grâce à la solide confiance forgée entre les équipes de réponse aux incidents. A la tête du trio de Présidences pour les dix-huit prochains mois, avec la République tchèque et la Suède, l’ambition du CERT-FR sera de renforcer l’efficacité des échanges entre les membres du réseau et de continuer à encourager une plus large participation aux groupes de travail.
  • Groupe de coopération NIS (Network and Information System Security) : au cours des six prochains mois, l’ANSSI aura l’opportunité de contribuer à la préparation et l’adoption du nouveau programme de travail pour les deux prochaines années. Ces discussions seront d’une grande importance pour orienter les travaux européens sur la transposition et la mise en œuvre de la directive NIS, actuellement en cours de révision. L’ANSSI s’engagera à poursuivre la promotion des activités du groupe dans le but de le positionner durablement comme l’interlocuteur européen central traitant des divers sujets de cybersécurité.

L’ANSSI cherchera également à renforcer, de manière tangible, la cybersécurité au sein de l’UE.

L’agence demeurera mobilisée pour créer une certification du cloud qui réponde aux enjeux de sécurité et continuera à promouvoir la certification des produits et services de cybersécurité, afin de créer un véritable marché européen unifié en la matière.

Une présidence du Conseil de l’UE n’arrive que tous les 13 ans : l’ANSSI saisit pleinement cette opportunité pour promouvoir une UE souveraine dans l’espace numérique.

Bonne PFUE à toutes et à tous !