Master Risques et environnement, parcours Management des risques des systèmes d’information (MRSI)


Cette page présente le détail des informations associées à la labellisation SecNumedu (phase expérimentale) pour la formation citée ci-après.
Ces informations ont été fournies par le ou les établissements qui dispensent la formation labellisée en réponse aux demandes formulées dans le dossier de demande de labellisation téléchargeable sur le site internet de l'ANSSI.
Pour certaines informations, une explication sur la façon de les interpréter est fournie en préambule. Pour plus de précision, le lecteur est invité à consulter directement le dossier de demande de labellisation téléchargeable sur ce site.
La labellisation SecNumedu a été mise en place à titre expérimental en septembre 2016. Cette labellisation et en particulier, le contenu du dossier de demande de labellisation ont vocation à évoluer en fonction des retours faits par les employeurs et les établissement d'enseignement.
On notera que les formations labellisées se sont engagées par écrit à respecter la "charte des engagements du label SecNumedu" téléchargeable sur ce site.

Description de la formation par l'établissement
Le Master Risques et environnement de l'université de Poitiers a pour objectif de former des cadres chargés de la prévention et de la gestion des risques. Au sein de ce Master, le parcours Risques des Systèmes d'Information (RSI), oriente la gestion des risques vers la sécurité et la sûreté du SI. Il est adossé à la recherche en informatique, en sciences cognitives et en gestion des risques. L'IRIAF possède le cyber range FRUIT à destination des étudiants et de l'écosystème de son voisinage.
La formation, ouverte à la formation initiale et continue, est découpée en unités d'enseignement selon une approche par compétences. Pédagogiquement, ce Master s'articule autour d'une montée progressive en compétence de l'ingénierie en M1 vers le pilotage en M2 et s'appuie sur un stage de 16 semaines minimum en M1 et de 22 semaines en M2. L'organisation du présentiel s'appuie sur des méthodes pédagogiques modernes intriquant les savoir-faire académiques avec les savoir-faire professionnels.
Les débouchés en termes métiers sont ceux du pilotage, organisation et gestion des risques et sécurité SI ou du conseil, audit et expertise risques et sécurité SI (RSSI, DPD, Sécurité des projets, RSI, Conseil et audit SSI).
  • Référence : 21-017
  • Péremption : 11/2024
  • Programme : consulter
  • Tarif : consulter
  • Titre délivré : Master
Lieu de la formation
Université de Poitiers - Campus de Niort
  • Université de Poitiers - Campus de Niort

    Institut des Risques Industriels Assurantiels et Financiers (IRIAF)
    11, rue Archimède
    79000 Niort

Nombre d’étudiants d’une promotion et nombre de promotions

  • Nombre maximum d’étudiants dans une promotion : 25
  • Nombre d’étudiants diplômés de la dernière promotion

    • Total : 28
    • Français : 16
    • UE : 0
    • Hors UE : 12
    • Pourcentage : 100
  • Nombre de promotions depuis la création : 18

Interprétation : UE, Union Européenne hors étudiants français.

Dominante de la formation

Organisationnel

Formation spécialisée

sans objet

Interprétation : La formation est dite spécialisée lorsqu’elle vise notamment à former à un domaine particulier de la sécurité. Par exemple, la cryptographie, la sécurité des circuits intégrés, la sécurité de la biométrie…
Le volume horaire dans ce domaine de spécialisation doit correspondre à au moins 50% du volume horaire hors stage (TP et cours).
Le fait qu’une formation soit spécialisée peut autoriser que certains thèmes de la sécurité des technologies de l’information ne soient pas abordés et peut modifier l’appréciation de certains des autres critères de ce dossier.

Niveau de compétence en sécurité

Compétences sécurité,
liste de CyberEdu
Nb heures cours Nb heures pratique Niveau Entrée Niveau Sortie
Année 1 Année 2 Année 3 Année 1 Année 2 Année 3
Fondamentaux 6 9
Ne sont comptés ici que les fondamentaux SSI tels que précisés par Secnumedu (historique, vocabulaire cyber, profils des attaquants, typologie des attaques, acteurs cyber). Les étudiants doivent notamment valider le MOOC SecNumacademie de l'ANSSI.
La pratique en M1 prend la forme pédagogique de projets tutorés sur les fondamentaux en risques et sécurité du SI et ces 9 heures encadrées sont associées à 9h de travail en autonomie au centre de formation.
Sécurité de l’électronique et des architectures matérielles 1 2 0 1
SInformation sur les risques de perturbations EM des systèmes d'information. Présentation du dispositif TEMPEST.
Sécurité des systèmes d’exploitation 10 1 9 1 0 2
Cours sur les concepts des OS (windows, android, iOS, linux...), failles et correctifs (CVE). La pratique en M1 correspond à une pratique pédagogique en apprentissage par les pairs pour 3 des 9h, c'est à dire ici des études d'attaques célèbres en petits groupes pour un travail supplémentaire au centre de 6h en autonomie. Ces études sont présentées à l'oral à toute la promotion avec validation par l'enseignant. En M2, il s'agit d'une information sur les usages de l'IA pour la protection des systèmes sous la forme d'une conférence sur les antivirus comportementaux.
Sécurité des réseaux et protocoles 5 6 6 9 0 2
Cours s'appuyant sur l'ISO27033 : matériel et architecture réseau, OSI, principaux protocoles et services, mise en sécurité (DDNS, pare-feu, tunnel SSH, VPN, IPV6...). TP en cyber range sur la mise en sécurité des réseaux avec séparation des réseaux en sous-réseaux et passerelles en M1 (avec DNS, DHCP, DDNS, FTP, HTTP, SFTP, HTTPS), puis programmation des switches et supervision réseaux en M2. En M1 (3h) et en M2 (3h) une partie des heures de pratiques encadrées correspondent à des études de cas en petits groupes partagées avec les pairs sur le cyber range de l'IRIAF en autonomie soit 3 demi-journées supplémentaires en M1 et 3 demi-journées en M2.
Cryptologie 1 3 1 4 0 1
Différentes méthodes de cryptographie (symétriques/asymétrique), du point de vue des flux d'information pour le partage des clés (signature/certificats) et protection contre le MitM (pas de compétences exigées sur les bases mathématiques ni la programmation des algorithmes de chiffrement), veille technologique (blockchain, preuve sans divulgation...), CPQ et projet de normalisation du NIS associé ; études de cas en apprentissage par les pairs en M2 soit un travail supplémentaire au centre en autonomie de 6h. Ces notions sont utilisées notamment en sécurité des réseaux.
Stéganographie et tatouage 1 1 0 1
Simple information (conférence), avec une étude de cas sur des images.
Sécurité des bases de données 4 3 6 8 0 2
En M1, sécurité en profondeur des données, sécurité à la conception, « privacy by defalut » ; études de cas en apprentissage par les pairs (dont des sujets sur le LDAP). En M2, IAM et pratique de la sécurité des données en cyber range. A ces heures de sécurité s'ajoutent autant en qualité de la donnée afin de pouvoir réaliser une gestion des risques pertinente.
Contribution des architectures à la sécurité 7 7 0 1
Virtualisation, séparation données/logiciels, haute disponibilité avec mise en situation sur un problème concret. Développement durable du SI ou « Green computing » sous forme d'exposés en groupes présentés aux pairs et associés à un travail en autonomie d'une journée au centre académique.
Connaissance de la gouvernance, des normes et des standards dans le domaine de la sécurité 8 22 20 18 0 3
Management de la qualité et de la SSI. Connaître la structure et construction des guides et des normes, focus sur la famille des normes iso27k, plus les classiques : qualité, continuité, risques, santé et énergie (iso9001, iso22301, iso31000, iso45001, iso50001). Bonnes pratiques (ITIL, Sécurité agile). Nombreuses études de cas en apprentissage par les pairs représentant un travail en autonomie au centre académique cumulée de 24h en M1 et de 18h en M2, en plus de ces heures en présentiel.
Certifications et évaluations de produits 1 0 1
Simple connaissance de l'existence de ces certifications et leur relation avec la réglementation. Il n'y a pas de formation spécifique à l'évaluation de produit.
Politique de cybersécurité et SMSI 12 20 18 39 0 3
Organisation de la cybersécurité en France et à l'international. Savoir concevoir, auditer et faire vivre un SMSI (EBIOS, SOC et CERT, PSSI et PSSIE [ISO 27002] en M1, Audit (COBIT), conception et mise en œuvre de SMSI adaptés aux organisations en M2). L'apprentissage par les pairs représente en plus de ces heures encadrées 18h en autonomie au centre en M1 et 42h en M2 pour atteindre le niveau « maîtrise ».
Droit et réglementation 10 20 0 2
Une maîtrise de la réglementation spécifique SI et SSI que ce soit en France ou à l'international, est indispensable à tout gestionnaire des risques SI (Directives, règlements et loi : NIS, RGPD, Code Pénal lié à la cybercriminalité...). Le niveau atteint doit être tel que les échanges avec des juristes spécialisés ou des enquêteurs doivent pouvoir être très efficaces. Les études de cas sont travaillées en petits groupes et partagées entre pairs pour un volume horaire de 20h en M1.
Développement logiciel et ingénierie logicielle (sous l’angle de la sécurité) 3 3 0 1
Initiation à l'audit de code et à la pratique du DevSecOps. Exploration des CWEs correspondants au « top 10 » de l'OWASP. La formation n'est pas du tout orientée développement, mais doit permettre une communication correcte des étudiants avec les équipes de développement sur les aspects qualité et sécurité du code. Il faut être capable d'illustrer les failles par des exemples simples de manière crédible.
Prise en compte de la sécurité dans les projets 3 3 9 12 0 3
Les principes de la sécurité agile, security by design, privacy by design. Dès le M1 en gestion de projets la sécurité des projets est abordée sous la forme de projets tutorés partagés entre pairs (Ce qui représente plus de 18 heures supplémentaires en autonomie non indiquées ci-dessus). En M2, l'objectif pédagogique principal concerne le pilotage de la SSI au sein des organisations. Chaque cours aborde la sécurité des projets, aussi bien du point de vue IE que du point de vue technique. Si nous sommes au niveau 3, malgré la complexité du problème, ce sont les immersions professionnelles (plus de 4 mois en M1 et plus de 5 mois en M2) qui permettent d'assimiler ces compétences.
Cyberdéfense 3 3 9 3 0 2
Sécurité de l'Etat, rôles du CISRT, protection des logs ; exposés en APP sur des sujets autour de la protection de l'état en M1 (une journée en autonomie). Gestion de crise en M2, avec études de cas en APP (un jour et demi en autonomie) et exercices pratiques sur le cyber range de l'IRIAF en gestion de crise sur des scénarios pouvant rappeler ceux du « strategy challenge 912 » du FIC.
Analyse post-mortem (Forensic) 1 3 3 9 0 2
Sensibilisation en M1 dans un contexte criminalistique avec pratique des scripts les plus utilisés pour explorer les log lors des enquêtes et initiation à l'analyse criminalistique en M2 avec études de cas et exercices pratiques en cyber range (6h encadrées et une journée en autonomie).
Sécurité des systèmes spécifiques et émergents 2 11 0 1
Point de vue sur l'usage uniquement. Nombreuses études de cas partagées entre pairs sur l'usage, les risques et la sécurité des technologies émergentes (BigData, Blockchain, Cloud, IoT, informatique quantique...). Travail en autonomie de 18h supplémentaires au centre de formation.
Aspects sociaux et sociétaux 7 15 12 9 0 3
Hygiène informatique et guides associés. Connaître les méthodes d'ingénierie sociale et de phishing (OSINT, MICE, PROFILING). Comment écrire une fiche de sensibilisation pour la prévention des risques et accompagner au changement pour éviter les contournements. Aspects humains des systèmes de management (SCRUM, LEAN, PDCA...). Intelligence économique et BI. En M1 (9h) et en M2 (3h), en plus de ces heures en présentiel, ce sont 5 demi-journées consacrées à des études de cas en apprentissage par les pairs en autonomie dans des salles de l'IRIAF.
Tests d’intrusion 3 18 0 2
Initiation à l'audit technique. Après une présentation des concepts, des méthodes et des outils pour la prise d'empreinte et l'exploitation des failles, ce sont 6 demi-journées d'entraînement en cyber range où les étudiants tentent d'accéder à des machines virtuelles présentant des failles, avec des architectures très simples et les modes d'attaque les plus classiques. L'objectif est que chaque étudiant soit en mesure de faire un audit technique de niveau 1 dans une organisation de petite ou moyenne taille (entreprise, collectivité).
Sécurité physique 3 1 3 2 0 1
Protection des locaux (notion de red-team pour l'intrusion physique), architecture multi-site et disponibilité énergétique.
Sécurité des services externalisés 1 2 1 7 0 2
Notions des risques des services externalisés (IaaS, PaaS, SaaS, NaaS, CaaS,..) avec une courte étude de cas en M1. Éléments de l'ISO 27017 et études de cas réels, partagées entre pairs sur la gestion des risques de l'externalisation du SI. Travail au centre de formation en autonomie de 2 demi-journées en M2.
Rétro-ingénierie 0 0
Aspects économiques de la sécurité 1 3 4 6 0 2
Gestion de projet en M1 au quart axé sur les aspects économique de la sécurité, avec partage entre pairs des connaissances acquises individuellement ou en petits groupes. En M2, les 3h de cours sont une conférence d'une demi journée sur la cyber assurance en partenariat avec les assurances niortaises. Les rapports des stages en M1 et en M2 devront explicitement proposer un chapitre (éventuellement confidentiel) sur les aspects économiques liés à la gestion des risques SI, tels qu'identifiés dans les organisations accueillant les immersions professionnelles.
Autres mises en pratique 40 0 0
Projet d'initiation à la méthode scientifique (biblio [1.5 ECTS] + développement d'une problématique scientifique [3 ECTS]) réalisé en collaboration avec les laboratoires partenaires du Master MRSI : l'institut XLIM, le LIAS, Pprime et le CeRCA, sur la gestion des risques dans les systèmes d'information. Soutenances orales partagées avec les pairs. Il s'agit de poser une problématique et d'en développer un cahier des charges. Ce projet d'ouverture scientifique peut être suivi par une immersion pro en laboratoire de recherche pour les étudiants souhaitant poursuivre en Doctorat.
Le métier de préventeur et méthodes génériques d’analyse du risque. 70 20 0 3
Savoir répondre à la question : « le métier de préventeur c'est quoi ? » et connaître les principales méthodes génériques pour l'analyse des risques et les études d'impact. Plus précisément : aspects fondamentaux du métier de préventeur (cindynique, épistémologie du risque, introduction aux stratégies de gestion des risques – Avant [prévention], Pendant [crise], Après [forensic], Amélioration continue [PCDA, Deming] – vocabulaire et typologie du risque à l'échelle macroscopique), et méthodes génériques d'analyse du risque (Analyse fonctionnelle, AMDEC, HAZOP, arbre logique, sûreté de fonctionnement, analyse multi-critère et analyse d'impact).
Les 20h de pratique ont lieu sous la forme de projets tutorés sur des études de cas (interdisciplinaires entre les différents parcours du Master : Incendie, Environnement et SSI) partagées entre pairs et sont associées à 40h de travail en autonomie à l'IRIAF

Les niveaux en entrée et en sortie s’interprètent ainsi :
0 : Pas de compétence.

1 : SENSIBILISATION : comprendre les principaux enjeux et problèmes liés à la compétence.
Pour les fondamentaux : avoir suivi les formations de CyberEdu.

2 : APPLICATION : réaliser des actes simples et certains actes complexes liés à la compétence.
Pour les fondamentaux : être en mesure de relier les actes à la compétence et de proposer des améliorations.

3 : MAÎTRISE : réaliser des actes complexes ou tous les actes liés à la compétence.
Pour les fondamentaux : être en mesure de spécifier des pratiques pour les niveaux 2 et 3 liées à la compétence.

4 : SPÉCIALISÉ : avoir reçu une formation dédiée à la compétence sur une durée longue permettant de justifier d’un niveau allant au-delà de la maitrise.

Les thèmes proviennent de Cyberedu
Normalement, toutes les formations devraient au moins viser un niveau 1 pour chaque thème. Les exceptions sont les suivantes :
- Les formations spécialisées sont autorisées à ne pas traiter certains thèmes en dehors de la spécialisation.
- Dans le cadre de la version expérimentale de SecNumedu, il est admis que certains thèmes ne soient pas traités dans le programme de l’année de délivrance du label sous réserve que l’établissement les prennent en compte dans les programmes de formation des années ultérieures.
- Pour les licences professionnelles, le nombre d’heures associées aux compétences « réseau » comptabilisent toutes les heures d’enseignement dans ce domaine. Pour les autres formations, seules les heures en lien avec la sécurité sont comptabilisées.
Ce tableau ne fournit que les heures de formation à la sécurité associées à la dernière année d’enseignement (souvent, l’année de spécialisation). Toutefois, certaines formations répartissent l’enseignement de la sécurité sur plusieurs années. Lorsqu’ils sont renseignés, les commentaires associés à chaque thème permettent d’identifier ce cas de figure. Le niveau en entrée, lorsqu’il est supérieur à zéro, est un autre moyen d’identifier que le thème a déjà été abordé dans les années précédentes.
Enfin, il faut être conscient qu’il s’agit de niveaux « estimés » avec tout le caractère subjectif que cette estimation peut comporter.

Répartition des pratiques d’enseignement et de leur évaluation dans l’obtention du diplôme

Formation classique : Répartition des pratiques d’enseignement
Catégories Nb heures Commentaires éventuels
Cours - présentiel 0 193 91
Cours - distance 0 0 0
Cours - MOOC 0 0 0
TP - Présentiel 0 142 85 Études de cas et pratique technologique.
TP- Distance 0 0 0
Projets 0 180 124 Nouvelles pratiques pédagogiques (projets tutoré, apprentissage et évaluation par les pairs, jeu sérieux) en M1, M2 et projet exploratoire (PFE : 40h) en M2.
Cursus à l'étranger 0 0 0
Stages 0 560 770 Mission principale (>50%) en gestion des risques SI
Autre - présentiel 0 0 0
Autre - Distance 0 0 0
Totaux 0 1075 1070


Formation en altenance : Répartition des pratiques d’enseignement
Catégories Nb heures Commentaires éventuels
Cours - présentiel 0 193 91
Cours - distance 0 0 0
Cours - MOOC 0 0 0
TP - Présentiel 0 142 85 Études de cas et pratique technologique.
TP- Distance 0 0 0
Projets 0 155 124 Nouvelles pratiques pédagogiques (projets tutoré, apprentissage et évaluation par les pairs, jeu sérieux) en M1, M2 et projet exploratoire (PFE : 40h) en M2.
Cursus à l'étranger 0 0 0
Alternance 0 875 945 Mission principale (>50%) en gestion des risques SI
Autre - présentiel 0 0 0
Autre - Distance 0 0 0
Totaux 0 1365 1245


Formation classique : Répartition des pratiques d’évaluation
Catégories Poids dans l’évaluation Commentaires éventuels
Examen sur table 29%
Dossier seul 15%
Oral seul 2%
Dossier + Oral 6%
Stage + Soutenance 15% L'évaluation par l'organisme d'accueil, le rapport et la soutenance comptent à un tiers chacun.
Autres 33%
Totaux 100%


Formation en alternance : Répartition des pratiques d’évaluation
Catégories Poids dans l’évaluation Commentaires éventuels
Examen sur table 9%
Dossier seul 5%
Oral seul  
Dossier + Oral 10%
Alternance + Soutenance 45% L'évaluation par l'organisme d'accueil et la soutenance orale comptent à un quart chacun, le rapport compte pour l'autre moitié.
Autres 31%
Totaux 100%


Cursus à l'étranger
La formation propose-t-elle ou impose-t-elle que tout ou partie de la formation se déroule dans un établissement de formation à l’étranger ? Non
74.47%

Volume de cours et de mise en pratique dédiés à la sécurité par rapport au volume de cours et de mise en pratique non dédiés à la sécurité

607

Nombre d'heures de cours et de mises en pratiques dédiées à la sécurité

Part des intervenants (en nombre) provenant des milieux académiques / milieux professionnels (entreprises, administrations)

Activité la première année après le diplôme

Activité la première année après le diplôme pourcentage de la promotion
Diplômés en activité professionnelle 88%
Diplômés en Recherche d'emploi 0%
Poursuite d'étude 6%
Autres cas 6%

Métiers visés en sortie et pratiquées, en sortie et 5 ans après la sortie

Métiers En sortie Après 5 ans Pratiqués Categorie
Visés Pratiqués *
Conseiller juridique en sécurité   CAE
Consultant sécurité « organisationnel » 1 40% 29 CAE
Consultant sécurité « technique » 3 CAE
Cryptologue   CAE
Délégué à la protection des données (DPD) 1 5 CAE
Évaluateur sécurité   CAE
Autre métier sécurité 6% CAE
Testing en performance et sécurité logiciel.
Architecte sécurité 2 12% 19 MPC
Chef de projet sécurité 1 16% 31 MPC
Développeur de sécurité 2 MPC
Autre métier sécurité   MPC
Administrateur sécurité 2 6% 3 OMCO
Technicien sécurité OMCO
Autre métier sécurité   OMCO
Correspondant sécurité 1   2 POG
Responsable du plan de continuité d’activité 1 2 POG
Responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) 1 3 POG
Spécialiste en gestion de crise 2   1 POG
Autre métier sécurité   POG
Analyste SOC SGI
Expert réponse à incident (CERT)   SGI
Autre métier sécurité   SGI

Catégorie : catégorie de métiers décrite en annexe et rappelée ici pour mémoire :
• CAE : conseil, audit, expertise
• MPC : management de projets et cycle de vie
• OMCO : opération et maintien en condition opérationnelle
• POG : pilotage, organisation et gestion des risques
• SGI : support et gestion des incidents

Certifications professionnelles passées dans le cadre de la formation

Nom de la certification Préparation certification Passage certification Organisme certificateur Condition pour l'obtention du diplome % des étudiants ayant obtenu la certification l’année précédente
   

Ce tableau permet d’indiquer les certifications professionnelles obtenues durant le cursus de formation (ou dans certains cas, préparées).
- La certification est marquée comme « obligatoire » si l’obtention de la certification est une condition pour l’obtention du diplôme. Dans ce cas, la colonne « pourcentage » vaut par défaut 100%.
- La certification est marquée comme « optionnelle » si l’obtention de la certification ne conditionne pas l’obtention du diplôme. Dans ce cas, la colonne « pourcentage » indique le nombre d’étudiants ayant obtenu la certification.

Formations labellisées par la CNIL

aucune

Niveau d’anglais

Niveau d'entrée
La formation impose-t-elle un niveau d’anglais minimum vérifié en entrée ? Pas de vérification

Niveau de sortie
L’atteinte du niveau est-il vérifié pour l’obtention du diplôme ? Oui : CECRL B2 ; TOEIC

En entrée : indique si l’établissement impose un niveau et comment il le vérifie.
En sortie : indique si l’établissement vise un niveau en sortie et comment il est vérifié.
Typiquement, le niveau peut être vérifié par l’établissement lui-même ou via une certification.
Dans certains cas, l’obtention du diplôme est conditionnée par le niveau d’anglais visé en sortie. Lorsque ce n’est pas le cas et qu’un niveau d’anglais en sortie est visé, le pourcentage d’étudiant ayant obtenu ce niveau est normalement indiqué. Dans certains cas, les établissements ont indiqué le pourcentage d’étudiants par fourchettes de niveaux.