Cybersécurité / Open de l’écO – La balle est dans le camp des dirigeants


L'Open de l'écO est organisé dans le cadre de l’Open de tennis de Quimper du 28 janvier au 5 février. Un évènement entièrement consacré aux décideurs économiques du territoire, de plus en plus concernés par la sécurité du numérique. Eric Hazane, référent de l’ANSSI pour la Bretagne, est intervenu au cours d'une conférence dédiée à la sécurité du numérique le 1er février.

Avec l’Open de l’écO, l’Open de tennis de Quimper prend une dimension économique nouvelle avec des conférences, des ateliers thématiques dédiés aux décideurs de la Bretagne. L’occasion aussi de sensibiliser ces publics particuliers aux risques numériques et aux enjeux pour leurs organisations.

Les bouleversements sociétaux, humains et industriels et les nouveaux risques qu’entraîne la numérisation croissante de la société imposent la prise en compte de la sécurité du numérique par l’ensemble des acteurs économiques des territoires.

C’est également un enjeu majeur pour les petites et moyennes entreprises alors que la majorité d’entre elles se pensent à l’abri et ne prennent que depuis peu conscience des conséquences possibles sur leur quotidien. D’abord pour la pérennité de leur activité, mais il s’agit également d’un investissement nécessaire pour protéger la chaîne de valeur d’une entreprise (savoirs, savoir-faire, procédés innovants, etc.).

Après une présentation du rôle de l’ANSSI, Eric Hazane s’est attaché à présenter les menaces et les risques pour les entreprises (dont les rançongiciels) pour mieux revenir sur les solutions disponibles et en cours d’élaboration (ACYMA).

Alors que nous sommes tous concernés par la sécurité du numérique, le meilleur moyens de se prémunir des risques est encore d’adopter les recommandations de l’agence de façon préventive. L’ANSSI propose ainsi de nombreux guides pratiques et techniques, qui rappellent et synthétisent les précautions élémentaires et les bonnes pratiques pour la sécurité du numérique, en s’attardant notamment sur le guide CGPME et le nouveau guide d’hygiène de l’informatique. Des outils recommandés pour une approche pratique en matière de cybersécurité.

De plus, l’ANSSI qualifie et certifie des prestataires de services et de solutions de confiance pour une diversité de besoins et dont elle préconise l’usage en priorité.

Enfin, le prochain dispositif national d’assistance aux victimes de cybermalveillance (ACYMA) s’adressera aux particuliers et également à toutes les entreprises et collectivités territoriales (hors OIV) pour :

  • la mise en relation des victimes via une plate-forme numérique (ACYMA) avec des prestataires de proximité susceptibles de les assister techniquement ;
  • la mise en place de campagnes de prévention et de sensibilisation à la sécurité du numérique ;
  • la création d’un observatoire du risque numérique permettant de l’anticiper.

 

openeco_visuel

 

En savoir plus sur les rançongiciels